Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 19:01

Bien sûr, lorsqu’on veut parler de l’industrie à Feyzin, on pense au pétrole raffiné dans l’un des plus grands complexes pétroliers français. Mais moi, quand je parle du Feyzin d’autrefois, je trouve, dans mes lectures et mes recherches, de l’industrie bien avant le tsunami du couloir de la chimie et du secteur technologique du Sud de Lyon, tsunami qui a « dévasté » les beautés naturelles des bords du Rhône à Feyzin et aux alentours (notamment Solaize).

D’abord, Feyzin, de par sa situation géographique, s’est toujours prêté à l’appétit des maîtres du progrès technologique. Passage idéal pour le Rhône « qui descend vers le Midi », pour la voie ferrée Paris-Lyon-Marseille, pour la Route Nationale 7, puis plus tard pour l’autoroute A7 et pour le canal de fuite de Pierre-Bénite, et enfin pour le triage ferroviaire Sibelin (ouf !), en effet, quelle belle voie pour que tout cela s’urbanise avec le temps, se diversifie, se développe de façon moderne autour de décideurs et de gestionnaires avisés.

Ce qui suit est écrit en dehors de toute considération politique : on a beaucoup fait de reproches au maire des années 1960, Marcel Ramillier, et à son équipe, et on les a accusés de tous les maux : avoir bradé Feyzin aux industriels, avoir favorisé les ventes rapides de lots et de terres et les expropriations hâtives, avoir laissé détruire les sites naturels et leur faune entre l’actuel tracé de l’autoroute et le Rhône, avoir laissé s’installer là-même de laides infrastructures, avoir apporté pollutions industrielles (odeurs, bruit, déchets), sans parler du désastre de l’explosion de 1966.

 Nous reviendrons sur le déroulement de ce chantier. Cependant, la marche inéluctable de l’industrie ne pouvait détourner Feyzin (faire un détour) ; Marcel Ramillier a su prévoir le développement et, disons-le, l’enrichissement de la Commune en lançant de nombreux équipements communaux. Bien sûr, il y eut des erreurs, et les industriels n’ont pas trouvé de réelle opposition ni de réticences marquées pour les projets avancés. Georges Saunier, lui-même conseiller municipal à l’époque, avait hurlé contre la destruction du Château de l’Ile (il avait au moins demandé que le portail Louis XIII de ce château déjà malmené à la Révolution, soit démonté et remonté ailleurs, mais il n’a ni été entendu ni écouté). L’équipe municipale de Marie-Josèphe Sublet a su corriger le tir, et son arrivée au pouvoir à Feyzin n’a pas été bien vue par la Société Elf. La Municipalité de 1977, alors qu’on parlait si peu d’environnement, a demandé – et obtenu – la réduction des nuisances et l’amélioration sensible de la sécurité de la part de la Raffinerie. La taxe professionnelle a permis d’engager de nouveaux projets pour relancer le dynamisme de Feyzin, commune de la COURLY d’alors (le Grand Lyon actuel), développer la sous-traitance, les services sociaux, associatifs, scolaires, sportifs, et j’en passe. Je regrette personnellement qu’on n’ait pas attaché assez d’importance au patrimoine de Feyzin. Je souhaite que l’équipe d’Yves Blein donne encore davantage de place au passé de Feyzin, tout en se consacrant fortement à l’avenir de la commune. Tout ça pour dire que si l’on a diabolisé parfois l’équipe en place lors de la transformation de Feyzin, ce fut peut-être un peu abusif. Les Municipalités et leurs hommes et femmes de tous bords politiques doivent, à mon avis, conjuguer leurs talents et leurs idées pour répondre à la confiance que leur a faite la population.

Donc l’industrie à Feyzin, ben on en parle la prochaine fois ?

(pas de photo cette fois, je n’en ai pas…)

Liste des maires successifs

Période

Identité

Parti

Qualité

2001

 

Yves Blein

PS

 

1995

2001

Angèle Orard

   

1989

1995

Jacques Chaîne

   

1977

1995

Marie-Josèphe Sublet

   

1953

1977

Marcel Ramillier

   

1945

1953

Marcel Moulin

   

1944

1945

Louis Grenier

 

Elu par un Conseil Municipal nommé par le Comité de Libération nationale.

1932

1944

Marcel Moulin

   

1929

1932

Pierre Perret

   

1911

1929

Etienne Perret

   

1904

1911

Alexis Garnier

   

1888

1904

Claude Milliat

   

1887

1888

André Curty

   

1884

1887

Claude André Gentet

   

Toutes les données ne sont pas encore connues.

 

(source : Wikipédia)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

l'agasse 06/01/2009 21:02

Waouuuh ! Quel speech ! Clap-clap-clap !